lundi 27 janvier 2014

POLAR : Crimes et pollution

Vous avez fait le tour du polar nordique et de ses ambiances dépressives ? Essayez le polar allemand et son incomparable noirceur. La star en est la blonde Nele Neuhaus dont Flétrissure et Blanche-Neige doit mourir ont triomphé à travers le monde. Vent de sang, son dernier né, est programmé pour la même destinée. Au programme : des meurtres, de l'écologie, des magouilles, du local et du global…

Ce qui est formidable dans ce polar qui épouse l'air du temps en mettant les questions écologiques au centre de son récit, c'est sa capacité à brouiller les pistes à l'infini. Pas question ici de gentils écolos et de méchants industriels, pas de lutte entre de purs altruistes et d'horribles profiteurs, pas une once de manichéisme dans la description des nombreux personnages et de leurs motivations mais, au contraire, une vision noire de l'âme humaine unanimement partagée. Les motivations des opposants à l'installation d'un parc d'éoliennes dans un espace protégé sont aussi troubles que celles des promoteurs de ce projet, que ce soit l'industriel aux abois, les propriétaires avides, une scientifique inquiétante… Et les crimes qui s'accumulent après la mort d'un gardien de nuit, s'avèrent bien moins simple à résoudre que prévu pour les enquêteurs en charge de l'affaire — d'autant qu'un flic amourex d'une suspecte rend les choses encore plus compliquées. L'écriture efficace et dépouillée de Nele Neuhaus sert parfaitement son propos et l'on se laisse prendre avec un plaisir non dissimulé dans les filets de ses intrigues.  

Nele Neuhaus, Vent de sang, Actes Sud, 23,80 €.

ROMAN FRANÇAIS : Le come-back de Nadia Comaneci

Le dernier roman de Lola Lafon est bien autre chose qu'une biographie de la gymnaste surdouée des JO de Montréal, en 1976. Plutôt une séduisante rêverie autour de la figure mythique de Nadia Comaneci dans laquelle il est question du corps des jeunes filles, de la dictature Ceaucescu, de la volonté et de la vérité.

Parfois, dans le récit de la narratrice de ce roman, interviennent, en clôture des courts chapitres, des passages en italique. C'est Nadia C., Nadia Comaneci, qui prend la parole un instant, qui commente, qui contredit, qui murmure, qui se fâche et se tait. Est-ce vraiment elle ? Non, et pourtant oui, et finalement qu'importe. Dès un rapide avant-propos, Lola Lafon nous a prévenu qu'il s'agissait, en dehors des dates et des événements, de fiction. Elle n'a jamais parlé à Nadia C. pour écrire ce livre, ce roman qui lui est consacré et où pourtant, on jurerait d'entendre sa voix, la petite voix butée et résolue de l'athlète miraculeuse qui fit dérailler les ordinateurs des JO quand elle avait 14 ans, la voix grave et désabusée de la femme de 52 ans qu'est désormais Comaneci. Le livre de Lola Lafon reconstruit, réinvente ce parcours incroyable, de 1969, lorsque Nadia entre dans une école de jeunes gymnastes roumains, jusqu'en 1989, sa fuite à quelques semaines de la chute de Ceaucescu, et son arrivée aux Etats-Unis. Elle relate avec une admiration et une émotion intenses les triomphes de cette gamine d'acier qui révolutionne le sport féminin et la chute de l'icône devenue femme, ce corps qui lui échappe, ce destin qu'elle ne maîtrise plus. Lola Lafon raconte aussi la Roumanie de ces années-là, de la fierté des années 70 à la folie ubuesque du Camarade et de la Plus Grande Scientifique du Monde. L'écriture est magnifique, la construction du livre brillante. On est fascinés par le livre et par son héroïne. Et on a qu'une envie, lorsqu'on pose ce roman stupéfiant : revisionner les exploits de Nadia C. à Montréal, en 1976.



Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais, Actes Sud, 
21 €.

samedi 25 janvier 2014

ROMAN FRANÇAIS : Amis pour la vie…

Premier volume d'une série prévue pour en compter quatre, Jusqu'au crépuscule est un portrait de groupe : cinq personnages que l'on découvre enfants et qu'on va suivre au fil de ces années 70-80 qui forment bien plus que le cadre de cette histoire…

Les Temps d'avant… le titre de la série de romans imaginée par Christelle Hedin et Laurent André dit bien une partie de son ambition : une forme de nostalgie de ce passé pas si lointain qu'ont traversé ensemble leurs cinq personnages, trois garçons et deux filles qu'on rencontre ici alors qu'ils sont enfants et, eux aussi, se rencontrent. Nous sommes dans les années 70, à Paris, dans ce XIIIè arrondissement parisien cosmopolite et populaire qui va très vite être autre chose qu'un simple décor, une sorte de sixième héros, qui change sous nos yeux, comme changent les cinq amis, et comme changent leurs vies. L'adolescence arrive avec ses joies et ses douleurs, ses aventures sportives, des parents se séparent, des amours se nouent, le temps avance, les objets se transforment. C'est une des belles réussites de ce texte (un peu gâché par les nombreuses fautes et coquilles) que d'avoir fait resurgir ces accessoires indispensables qui ont marqué leur époque : une mobylette, un skate, un 45 tours d'Indochine… C'est rondement mené, avec une jolie sensibilité, et on s'attache sans mal à ces cinq copains que rien, jusqu'aux dernières pages, ne semble pouvoir séparer… Pour leur premier essai à quatre mains, Laurent André et la Sénonaise Christelle Hedin (elle est bibliothécaire aux Champs-Plaisants) parviennent sans mal à donner envie de lire la suite…

Laurent André, Christelle Hedin, Jusqu'au crépuscule, éd. A & H, 
19,90 €.

lundi 13 janvier 2014

ALBUM JEUNESSE : Bienvenue à Microcosmos !

Ils effraient, répugnent, inquiètent, intriguent… Ils sont minuscules, innombrables, ils volent, rampent, se faufilent, piquent… Bienvenue dans le monde fascinant des insectes, une petite centaine sur le million d'espèces recensées, regroupés ici dans un album aux dessins éclatants et aux textes passionnants, destiné à faire découvrir ce drôle de monde aux petits.

La grande,  la très grande réussite de ces Insectes superstars, c'est de mêler l'aspect ludique, coloré, fantasque, joyeux d'illustrations magnifiques mises en scène avec beaucoup d'intelligence, et la pertinence ultra-documentée de textes écrits par des spécialistes des petites bestioles qui nous intéressent. Cela donne un album documentaire réjouissant et passionnant dans lequel les enfants (à partir de 6/7 ans) se plongeront avec délices. Bourré d'anecdotes et d'informations sur ces milliards de créatures avec lesquelles nous partageons bon gré mal gré la planète, ce livre offre une savoureuse galerie de curiosités, évoquant aussi bien la vie sexuelle de certains insectes (la terrible mante religieuse dont la femelle dévore le mâle, la danse langoureuse de certaines libellules…) que les stratégies de dissimulation d'autres (les phasmes qui se fondent dans le décor), le son inimitable de certains ou l'étrange beauté d'autres… On découvre en s'amusant l'importance de ces animaux souvent méprisés dans l'équilibre de la biodiversité mais aussi dans notre propre quotidien. C'est formidable et cela donnera à coup sûr envieaux petits et aux grands d'en savoir plus et de s'intéresser de plus près aux insectes qui nous environnent !

Antonio Fischetti, Sol Camacho-Schlenker, Ale+Ale, Insectes superstars, éd. Actes Sud Junior, 16 €.

ROMAN ETRANGER : Une femme libre

Découverte déjà grâce à un magnifique portrait de femme dans La Jeune Fille à la perle, l'Américaine Tracy Chevalier confirme ce talent sensible à travers le parcours d'Honor Bright, l'héroïne bouleversante de La Dernière Fugitive : une jeune anglaise qui, en 1850, traverse l'Atlantique et va découvrir l'Amérique de l'esclavage…

Honor a une passion : fabriquer des quilts, ces édredons assemblant de multiples morceaux de tissu qui, tous, renvoient à un souvenir. Ce art oublié offre quelques-unes des plus belles pages de ce roman à la documentation aussi riche que jamais étouffante. Le destin de la timide Honor tel que le raconte avec finesse le roman de Tracy Chevalier ressemble lui aussi à un de ces quilts : des rencontres de la jeune femme, de ses pertes, de ses expériences souvent douloureuses, on voit peu à peu émerger un magnifique portrait de femme, infiniment complexe et subtile, fragile et courageuse, soumise et rebelle. L'écriture classique et précise de Tracy Chevalier est un merveilleux écrin pour mettre en valeur le si étonnant parcours de Honor, jeune quaker anglaise perdue dans un pays inconnu. Elle s'y heurte à la mort (celle de sa sœur, venue ici pour se marier), à l'injustice (les esclaves sont pourchassés), au conformisme, à la solitude, au désir impossible, aux amitiés inattendues et surtout à sa conscience qui va la guider dans chacun de ses actes. Car La Dernière Fugitive est un grand roman moral, au sens noble du terme, un roman d'espoir et d'humanité dont l'héroïne inoubliable porte comme un étendard son prénom : Honor.

Tracy Chevalier, La Dernière Fugitive, éd. Quai Voltaire, 22 €.

samedi 4 janvier 2014

Très belle année 2014 !

Calligrammes vous souhaite à toutes et tous 
une très belle année, bercée et accompagnée 
par des découvertes littéraires formidables
et des plaisirs de lecture inoubliables !


Et pour bien débuter 2014, nous offrons à tous les amoureux des livres 
cette merveilleuse illustration filmée de la passion du papier imprimé…

A

A très bientôt !